Ressources

L’explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans

L’explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans

ENQUÊTE – À l’heure des tablettes pour bébés et des enfants élevés au smartphone, un médecin de PMI alerte sur ces comportements «ressemblant à des symptômes autistiques» chez les enfants trop confrontés aux écrans. Son constat de terrain, partagé par d’autres professionnels de la petite enfance, fait également polémique.

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/05/16/01016-20170516ARTFIG00316-l-explosion-des-troubles-chez-les-tout-petits-surexposes-aux-ecrans.php

Le Figaro fait savoir qu’« à l’heure des tablettes pour bébés et des enfants élevés au smartphone, un médecin de PMI alerte sur ces comportements «ressemblant à des symptômes autistiques» chez les enfants trop confrontés aux écrans. Son constat de terrain, partagé par d’autres professionnels de la petite enfance, fait également polémique ».
Le journal observe ainsi : « Ils ont l’âge des premiers babillages, du cheval à bascule, des empilements de cubes… et déjà un smartphone à la main. Dans le train, en voiture, dans les salles d’attente, plus personne ne s’étonne de ces bambins plongés dans le téléphone portable de papa ou maman, tapotant l’écran tactile avec la même dextérité qu’un adulte ».
« Comme Sofiane qui a eu sa première tablette à 18 mois. Sans elle, l’enfant refuse de se mettre à table ou bien de s’endormir, au coucher. En regardant ces petites vidéos, Sofiane a «appris» quelques mots anglais. Pour la plus grande fierté de ses parents. Mais à l’école, il n’y a pas de tablette. À son arrivée en maternelle, son institutrice s’est inquiétée car le petit garçon ne répondait pas à son prénom et regardait dans le vide. Il acceptait difficilement de rester assis à côté de ses camarades. Et sans un adulte à ses côtés pour guider ses gestes, Sofiane ne participait pas à la moindre activité »,
relève le quotidien.
Le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de la protection maternelle et infantile (PMI) de l’Essonne, parle d’« enfant-écran » : « La plupart des enfants qui me sont adressés passent au moins 6 heures par jour devant des écrans. Certains n’arrivent pas à parler, à encastrer trois cubes ou encore à tenir leur crayon ».
Le Figaro explique que « ce médecin, qui examine chaque année des centaines d’enfants de moins de 5 ans, notamment à la demande des crèches et des écoles maternelles, estime que le nombre de tout-petits avec un profil similaire a explosé ces 5 dernières années. Des enfants qui présentent des retards de développement, des troubles de la relation, du langage et du comportement ».
La praticienne souligne qu’« en 2003, 35 enfants en difficulté m’étaient signalés par les écoles sur 1000 élèves de maternelle en petite et moyenne section de l’Essonne. Depuis un an et demi, on m’en a déjà signalé 210 en grande difficulté. Toutes les semaines, je suis sollicitée pour de nouveaux cas. À force d’en voir, j’ai fini par faire le lien avec leur consommation d’écrans », ajoutant que « les troubles sont plus graves qu’il y a 15 ans et disparaissent dans la majorité des cas quand les parents arrivent à “déconnecter” leurs enfants ».
Le journal rappelle en effet : « «Pas d’écran avant 3 ans» : le précepte est pourtant bien connu depuis la campagne lancée en 2009 par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et régulièrement reprise. Mais à l’heure où plus de 4 Français sur 10 sont équipés de tablettes et où 65% possèdent un smartphone, la recommandation semble oubliée. Selon une enquête sur les jeunes enfants et les écrans menée par l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) fin 2016, près d’un enfant de moins de 3 ans sur deux (47%) utilise des écrans interactifs ».
Le Dr Ducanda poursuit : « L’écran, c’est la tétine d’aujourd’hui. Pourquoi les parents se passeraient des écrans pour “calmer” leur enfant alors que personne ne les a mis en garde ? Ils sont rassurés, car leurs enfants ne regardent que des programmes qui leur sont destinés ou des petites applications dites “éducatives” pour apprendre les couleurs ou l’anglais. Ils s’émerveillent de leur habileté et pensent que plus tôt on initie les bébés aux outils numériques, mieux ils seront armés pour le futur ».
Le Figaro indique que « face à un phénomène qu’elle qualifie de «massif», elle a décidé de tirer la sonnette d’alarme en postant une vidéo sur YouTube sur les conséquences de la surexposition des plus jeunes aux outils numériques et à la télévision. Mis en ligne en mars dernier, ce film d’avertissement austère a été déjà vu plus de 21.000 fois. Si le constat n’est pas scientifique, l’expérience de terrain interpelle. Dans la foulée, de nombreux professionnels de la petite enfance l’ont contactée pour évoquer leurs propres observations ».
De son côté, Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS au sein du laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistiques, souligne que « ces constats n’ont pas la même valeur que des études épidémiologiques. Ce médecin de PMI est en contact avec une fraction de la population qui n’est pas forcément représentative et en tire des conclusions générales. Il ne faut pas oublier qu’une très forte exposition aux écrans est corrélée au niveau socio-économique des familles. Il faut aussi prendre en compte les conditions de vie, la manière dont parents et enfants interagissent. Quel est l’impact spécifique des écrans sur le développement ? C’est une question à laquelle il n’est pas si facile de répondre ».

Date de publication : 17 Mai 2017
Source : http://www.neuroscoop.net/index.php?pageID=b9b3c70ba217b6e2cb9c167fcf26cbed&id_newsletter=9504&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=874bb21aab6c8617aa2f12f5dbe71d7c&midn=9504&from=newsletter
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s